En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous permettre et faciliter la navigation sur le site notamment en mémorisant vos préférences de navigation définies au cours de votre session.

Détection des tumeurs T1 et T2 des voies aérodigestives supérieures : comparaison des performances diagnostiques en IRM et en TEP/TDM-FDG

M. Ollivier,
Service d’imagerie médicale, hôpital Morvan, CHRU de Brest, 2, avenue Foch, 29609 Brest cedex, France

Introduction

Les tumeurs des voies aérodigestives supérieures (VADS) classées T1 et T2, du fait de leur petite taille, sont plus difficiles à diagnostiquer en imagerie que les tumeurs de stade plus élevé. Le but de cette étude était d’évaluer et de comparer la performance diagnostique de la TEP/TDM-FDG et de l’IRM dans la détection des tumeurs de petite taille des VADS.

Patients et méthodes

Une étude rétrospective a été menée sur 21 patients présentant des tumeurs histologiquement prouvées des VADS, T1 ou T2 selon la classification TNM, ayant bénéficié d’une IRM et d’une TEP/TDM-FDG préthérapeutiques. La capacité de détection tumorale était évaluée en IRM et en TEP/TDM-FDG à l’aide d’une échelle qualitative. Les sensibilités des deux modalités d’imagerie étaient comparées entre elles. Le SUVmax et le pourcentage de rehaussement étaient mesurés pour chaque tumeur et analysés en fonction du classement T.

Résultats

Parmi les 21 tumeurs, 17 étaient retrouvées en TEP/TDM-FDG contre 12 en IRM. Aucune des 4 lésions non identifiées en TEP/TDM-FDG n’était visible en IRM. La TEP/TDM-FDG avait correctement identifié 5 des 9 résultats faux-négatifs de l’IRM. La sensibilité de la TEP/TDM-FDG était de 80,9 % contre 57,1 % pour l’IRM, à la limite de la significativité statistique (p = 0,06). Il n’a pas été retrouvé de corrélation significative entre le SUVmax et le classement T.

Conclusion

La TEP/TDM-FDG peut être utile pour l’identification de localisations tumorales primitives des VADS, même de petite taille, classées T1 ou T2, avec une sensibilité supérieure à celle de l’IRM.

 

 

Téléchargements :

  Journal de Médecine Nucléaire